Enfantines

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 8 octobre 2008

Rencontre du deuxième groupe...

En CE2, travail sur les verbes du deuxième groupe.
L'enseignante réexplique comment on les reconnaît : ce sont les verbes en -IR -ISSONS (comme "finir" --> nous finissons).
Petit jeu pour bien intégrer la notion : un enfant choisit un verbe du deuxième groupe et le mime au reste de la classe qui doit deviner ce dont il s'agit.
Un enfant de la classe (donc d'environ huit ans) mime quelqu'un qui tend le doigt, touche quelque chose et retire son doigt comme s'il s'était piqué ou brûlé.
Tout le monde finit par donner sa langue au chat.
L'enfant donne alors la solution :
"Eh ben, c'était un hérisson : c'est un verbe du deuxième groupe, ça finit par isson !"
Bon, voyons voir, par où commencer ?...

samedi 5 janvier 2008

Chinois ?

Une élève de 6 ans se moque d'un de mes élèves roumains en le traitant de Chinois. Un peu interloquée, je lui demande pourquoi elle pense qu'il est chinois. Elle me regarde avec un air de dire que je suis stupide : "Ben, ça se voit qu'il ne parle pas bien français !"

mercredi 30 mai 2007

Tag

Eh oui, la métaphysique peut nous toucher où qu'on soit...

En allant à la piscine avec mes élèves, on passe devant un mur plein de tags et de graffitis. Mes élèves sont très marqués par cela et me demandent qui a bien pu dessiner tout ça. Je réponds que je ne sais absolument pas.
Une enfant de 11 ans me demande alors : "Et moi ? Qui m'a dessinée ?"
Je connais l'enfant, je commence à flipper sur ce que je dois dire... Est-elle partie sur un de ses délires habituels ou bien s'agit-il d'une question plus profonde ?
Comme souvent dans ces cas-là, je biaise : "Je ne sais pas. Qu'est-ce que tu en penses, toi ?"
Elle rougit :"Moi, je sais. Mais je ne sais pas comment il s'appelle en français. Je le sais que dans ma langue".
Bon, clairement, elle veut parler, mais il va falloir insister. Donc j'insiste un peu, en présentant les choses favorablement : "Tu pourrais me dire son nom en djarango ? J'aimerais bien apprendre un peu ta langue".
Elle hésite et fait sa timide avant de me lâcher :"D'accord. Dans ma langue, il s'appelle Allah".

J'adore la double poésie de ce mot d'enfant. L'image de l'être dessiné par un dieu, et la fierté à peine voilée de croire posséder une langue bien à soi pour le nommer...