Avec mes grands, je travaille sur le passé, le présent et le futur. Les élèves doivent écrire à côté des phrases proposées si elles sont au passé, au présent ou au futur. L'un d'entre eux a du mal à lire l'une des phrases. Je la lui lis donc à haute voix :
"Cet été, mon frère a été malade."
Une enfant de douze ans intervient alors :
"Ah bon ? Il est malade ? Il va pas bien, ton frère ?"
J'explique donc que ce n'est pas vrai : c'est juste un exercice.
Quelques minutes plus tard, je relis la même phrase à une autre élève. La même enfant reprend :
"Mais c'est grave, la maladie de ton frère ?"
J'explique donc une seconde fois qu'il ne s'agit que d'un exercice.
Eh bien, figurez-vous qu'elle est revenue à la charge l'après-midi-même :
"Mais maîtresse, il va guérir, ton frère ?"

C'est très mignon, mais assez épuisant, en fait..